Événements annuels de la SSTA

 

Fête Nationale de l’Acadie
T
A propos :
C’est la Convention nationale de Memramcook en 1881 qui a conduit à l’adoption d’une date pour célébrer la fête nationale de l’Acadie.
Après bien des débats animés, les délégués s’entendirent sur le jour de la fête de Notre-Dame de l’Assomption, patronne de l’Acadie, célébrée le 15 août.

15 août et tintamarre :
Chaque année les communautés acadiennes célèbrent leur fête nationale par un grand tintamarre.
Les gens souvent costumés pour l’occasion, défilent alors dans les rues en faisant beaucoup de bruit avec des objets parfois inusités.

La SSTA organise chaque année une cérémonie de célébration au cours de laquelle le drapeau acadien est levé et l’hymne l’Ave Maris Stella chanté pour célébrer la fierté acadienne.


Le jour du souvenir acadien :

JDSAA propos : 

Le 13 décembre de chaque année, la communauté acadienne et francophone de l'Île-du-Prince-Édouard honore le courage et la persévérance des acadiens au lieu historique national Port-la-Joye—Fort Amherst.
Cette commémoration honore la mémoire des milliers d'Acadiens ayant perdu la vie durant le Grand Dérangement et tout particulièrement au cours de la désastreuse déportation de 1758.
En effet, c'est le 13 décembre de cette année-là qui fut la plus fatidique avec le naufrage du navire le Duke William.
Port-la-Joye—Fort Amherst, était le port d'entrée pour l'établissement des Français et également le lieu de départ lors de la déportation des Acadiens insulaires.

Le Grand dérangement :
Avec l’octroi d’une charte d’Henri IV, roi de France, Pierre Dugua, sieur de Mons, entreprend l’établissement de l’Acadie en 1604. En moins de 150 ans, cette colonie, avec ses 15 000 habitants d’alors, était devenue florissante, d’abord sous le régime français et, depuis 1713, sous domination anglaise. En 1755, les autorités britanniques, percevant l’essor du peuple acadien comme une menace à leur plan de colonisation, procèdent à une expulsion systématique de la population acadienne.
C’est le début du Grand Dérangement qui verra le peuple acadien déraciné, dispersé et condamné à errer plus d’un demi-siècle. Plusieurs milliers sont déportés à bord de navires qui les transportent aux colonies anglo-américaines, en Angleterre et en France. D’autres échappent à la tourmente en se réfugiant en forêt ou en fuyant vers les régions lointaines. Le tiers de la population périt en mer ou, dépourvu de tous moyens, succombe aux maladies et à la famine. Certaines familles s’implanteront au pays d’exil; d’autres, errant de par les continents, feront souche ailleurs – au Québec surtout et en Louisiane. La plupart ne reverront plus jamais leur patrie bien-aimée. À la fin des années 1760, l’Acadie comptait moins de 2 000 rescapés.
Ce sont ces irréductibles qui reconstruiront la communauté éclatée en jetant les bases d’une nouvelle Acadie. Aujourd’hui, les Acadiens forment un peuple unique, fier et dynamique dont les rameaux s’étendent de par le monde.

Pourquoi se souvenir ?
Plus qu’une commémoration du Grand Dérangement, cette cérémonie a pour objectif de sensibiliser à l'histoire et à la culture acadienne mais sa vocation est aussi de promouvoir l'Acadie contemporaine.

Projet de commémoration internationale du Grand Dérangement monument de l’Odyssée acadienne :
Le projet de commémoration internationale du Grand Dérangement a pour but de souligner, de façon tangible et permanente, l'Odyssée du peuple acadien au Canada, sur le continent nord-américain ainsi qu'ailleurs dans le monde. Le projet s'inscrit dans les démarches de commémoration entourant le 250e anniversaire du Grand Dérangement des Acadiens qui ont eu lieu en 2005.
Il englobe la période du Grand Dérangement, de 1755 jusqu'au début du 19e siècle, son déroulement catégorisé en quatre étapes: l'embarquement (en Acadie), le débarquement (aux États-Unis et en Europe), le transit/les migrations (en Acadie, en Europe, aux États Unis et aux Antilles) et la recolonisation de l'Acadie (au Canada Atlantique, en Louisiane, au Québec et en France). Ce projet, qui a vu le jour grâce au travail acharné de la Commission de l’Odyssée acadienne depuis 1999, vise à accomplir trois objectifs: la commémoration du Grand Dérangement, la sensibilisation à l'histoire et à la culture acadienne ainsi que la promotion de l'Acadie contemporaine.
Pour réaliser ces objectifs, le projet de commémoration internationale du Grand Dérangement propose de concevoir et de dévoiler une série de monuments commémoratifs dès 2005 au Canada atlantique, au Québec, aux Etats-Unis, en France, en Angleterre et aux Antilles (voir document officiel ci-joint). L’année 2005 marquait le 250e anniversaire du début du Grand Dérangement. Les Acadiens ont depuis, considéré cet événement comme une composante importante de leur identité culturelle qui a façonné leurs mœurs et leurs traditions. Le peuple acadien souhaite commémorer le Grand Dérangement collectivement tout en partageant ce moment marquant de leur histoire avec toutes les communautés du Canada. Depuis 250 ans, les Acadiens contribuent au développement de nombreuses communautés du Canada.
Il va sans dire que le Grand Dérangement fut un événement tragique qui a fait des Acadiens un peuple persévérant et vivant, qui apporte un dynamisme et une diversité à la société canadienne.  Le projet de commémoration internationale du Grand Dérangement permet au peuple acadien de s’affirmer et de se faire valoir comme modèle d’une collectivité qui a fait preuve de persévérance. Depuis l’année 2005, dix monuments ont été érigés dont quatre au Nouveau-Brunswick, un en Nouvelle-Écosse, un à l'Île-du-Prince-Édouard, un à Terre-Neuve-et-Labrador, un au Québec, un en Louisiane et un à Miquelon (France). Chaque monument comprend un texte général en français et en anglais qui porte sur le Grand Dérangement ainsi qu’un texte spécifique (français et anglais également) au site qui héberge un monument.

Site ressources :
 

Les Rendez-vous de la Francophonie (RVF)

A propos des RVF RVF
Les Rendez-vous de la Francophonie font partie des manifestations entourant la Journée internationale de la Francophonie (20 mars), organisée chaque année partout dans le monde pour promouvoir la langue française et ses multiples expressions culturelles.
Les Rendez-vous de la Francophonie sont chapeautés par La Fondation canadienne pour le dialogue des cultures, qui vise à promouvoir et à soutenir le dialogue et le rapprochement entre les communautés francophones et acadiennes et toutes les collectivités de la société canadienne.

Programmation - activités à l’IPE
La Société Saint‐Thomas‐d’Aquin (SSTA), la Fédération culturelle de l’Île-du-Prince-Édouard (FCÎPÉ) ainsi que leurs partenaires communautaires et gouvernementaux proposent chaque année une pléiade d’activités en français pour tous les insulaires.
Les festivités culturelles sont ouvertes lors d’une cérémonie officielle se tenant à la Maison du Lieutenant-gouvernement à Charlottetown.

Sites ressources :


Assemblée générale annuelle (AGA)
L’AGA de la SSTA se déroule chaque année dans une région différente et réunit tous les organismes membres.
Cet événement constitue l’occasion d’effectuer un retour sur l’année mais aussi de discuter et d’échanger sur les grands dossiers de la SSTA.
Durant cette grande réunion, les noms des récipiendaires de l’ordre du mérite acadien et du certificat honorifique de citoyenneté acadienne sont dévoilés.