Actualités

Élections fédérales : engagements et silences de candidates et candidats de l’Î.-P.-É à l’égard de la communauté acadienne et francophone

Summerside (Î.-P.-É.) le mercredi 1er septembre 2021  –La Société acadienne et francophone de l’Île (SAF’Île) avec l’appui de la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA) fait le bilan sur les rencontres des candidates et candidats de l’Île-du-Prince-Édouard aux élections fédérales.
 
Rappel des enjeux discutés et présentés : 
Les organismes communautaires acadiens et francophones de l’Île sont unanimes : précarité et manque de financement, pénurie de main-d’œuvre dans les secteurs essentiels : petite-enfance, santé, éducation et culture sont les deux enjeux principaux que la SAF’Île a porté aux candidates et candidats. 

"Comme communauté il y a un minimum vital pour vivreet fonctionner", a déclaré la directrice Isabelle Dasylva-Gill.

Comment proposer des services essentiels à toute une communauté quand on manque de ressources financières et humaines ?
Nos organismes font preuve d’une grande solidarité et d’une grande résilience car ils sont fortement engagés. Ils offrent des services indispensables qui méritent d’être appuyés par une politique fédérale et des stratégies adéquates.”
 
Rencontres avec les candidates et candidats : 
Le seul candidat du Parti Libéral à avoir participé à la rencontre est Robert (Bobby) Morrissey (circonscription Egmont). Il s’est engagé à œuvrer pour la promulgation de la modernisation de la loi sur les langues officielles et à reconnaître la réalité difficile que vivent les acadiens et francophones pour accéder aux services essentiels.

Le seul candidat du Parti Conservateur à avoir rencontré conjointement la SAF’Île et la FCFA est Doug Currie (circonscription Charlottetown). Charlottetown est la ville qui connait la plus forte croissance de population francophone d’où une certaine amertume de la communauté quant au silence des autres candidats de la circonscription.
Doug Currie a évoqué l’urgence de doter le secteur de la petite enfance de réels moyens notamment pour l’accueil des enfants et les salaires. La pénurie de main d’œuvre, le réseau de la santé ont également été évoqués sans pour autant évoquer la lentille d’une communauté minoritaire de langue officielle.

Aucun candidat du NPD n’a malheureusement répondu à notre invitation.
 
Deux candidats du Parti Vert ont répondu à notre invitation. Ainsi, pour clore les tables rondes, la SAF’Île et la FCFA ont pu échanger avec les candidats Michael MacLean (circonscritpion Cardigan) et Anna Keenan (circonscription Malpeque).
 
Michael MacLean a promu la collaboration multi-juridictionnelle entre tous les niveaux de gouvernement pour mieux servir les communautés.  Il a également évoqué l’ouverture et le renforcement de la communication pour mieux appréhender les enjeux et s’assurer que la voix des Acadiennes, Acadiens et francophones soit entendue.

Anna Keenan a également insisté sur la facilitation et mise en place de réseaux de communication plus efficace pour faire avancer les dossiers de la communauté acadienne et francophone. La candidate a mis en avant la nécessité de s’impliquer sur le terrain pour mieux s’imprégner des réalités. Anna Keenan a par ailleurs insisté sur la promotion de l’éducation en français comme une chance et un droit pour les insulaires. La candidate siège d’ailleurs au comité de parents d’une école de langue française. 

Bilan : silences, faiblesses des engagements et espoirs

Même si la classe politique au niveau fédéral reconnaît la vitalité et l’importance de la communauté acadienne et francophone, peu de candidates et candidats de l’Île-du-Prince-Édouard ont répondu positivement à l’invitation lancée par la FCFA et la SAF’Île. Ainsi, seuls 4 sur 16 ont pris le temps de dialoguer et d’échanger sur ces enjeux et nous les en remercions : Robert (Bobby) Morrissey- Parti Libéral (circonscription Egmont) ; Doug Currie- Parti Conservateur (circonscription Charlottetown) ; Michael MacLean- Parti Vert (circonscription Cardigan) et Anna Keenan- Parti Vert (circonscription Malpeque). 

On peut ainsi également s’interroger sur la visibilité des enjeux de notre communauté en situation minoritaire et l’intérêt qu’ils suscitent auprès de la classe politique dans une province pourtant à taille humaine ou la proximité joue un rôle central. 

Notons que la campagne est majoritairement unilingue anglais. On peut s’interroger sur le fait que des candidates et candidats aux élections fédérales d’un pays ou il y a deux langues officielles n’aient pas choisi de communiquer dans les deux langues En grande majorité :  panneaux, pamphlets ou lettres d'information sont en anglais seulement. Il est clair que les partis n’ont pas pris en considération cette dimension. C’est non seulement fort regrettable mais également dommageable à notre pays et ses valeurs.
 
La SAF’Île et tous les organismes membres du réseau des développeurs continuent leur travail et devront poursuivre encore plus leurs efforts de collaboration, de coordination et de communication pour parler d’une voie forte, une voix que la classe politique doit entendre et écouter. Il est important que les acteurs de notre communauté prennent conscience que c’est tous ensemble que nous sommes le plus fort. Continuons d’envisager l’avenir avec optimisme et détermination pour défendre les valeurs d’un Canada uni, solidaire et inclusive.

Retrouvez les photos des rencontres et l'article en anglais ici.