Une candidature commune en vue d’accueillir le Congrès mondial acadien 2019

Logo CMA2019
Cap-Pelé, N.-B. / Abram-Village, Î.-P.-É. (Le 9 avril, 2013)
– Les représentants du comité de candidature de la région du Sud-Est du Nouveau-Brunswick et de l'Île-du-Prince-Édouard procèdent aujourd'hui à la signature d'un protocole d'entente pour une candidature commune en vue d'accueillir le Congrès mondial acadien 2019.

Un comité de la région du Sud-Est du Nouveau-Brunswick désirant accueillir le Congrès mondial acadien (CMA) de 2019 se rencontre depuis près de deux ans afin de préparer une éventuelle candidature. Très tôt dans la démarche, les membres ont décidé d'approcher la communauté acadienne et francophone de l'Île-du-Prince-Édouard afin de déterminer s'il y avait un désir à présenter une candidature commune qui regrouperait la grande région du Sud-Est du Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard. Une entente est survenue et le protocole est donc signé en ce jour.

Vingt-cinq ans après la tenue du premier CMA en 1994, la première région hôtesse, avec son nouveau partenaire, fera valoir sa créativité et ses atouts touristiques et culturels. Le protocole d'entente vise principalement à établir clairement les rôles des représentants des deux régions qui feront partie du comité de candidature et du comité organisateur du CMA. Le protocole précise donc les responsabilités de la communauté du Sud-Est du Nouveau-Brunswick et de l'Île-du-Prince-Édouard dans tout le processus d'organisation.

« Dans un projet de cette ampleur, il est important que les deux partenaires puissent avoir un bon sens d'appartenance dans l'événement », explique Marc Chouinard, représentant de la région du Sud-Est du Nouveau-Brunswick. « Nous devons donc être inclusif et équitable et les événements qui font normalement partie d'un CMA devront être répartis sur le territoire tout en tenant compte de l'impact de ces activités et de la logistique que cela implique », ajoute-il.

Gabriel Arsenault, président de la Société Saint-Thomas-d'Aquin, espère que cette candidature aidera à rapprocher les deux communautés dans un projet commun. « Il s'agit d'une excellente initiative pour que la communauté acadienne et francophone de l'Île-du-Prince-Édouard puisse enfin profiter pleinement des retombées d'un CMA. » Il ajoute que « présenter une candidature commune permettra de se différencier du CMA 1994 et poursuivra sur la lancée originale du CMA 2014, qui regroupe trois régions dans deux provinces et deux pays. »

Selon les représentants du comité, la candidature en provenance de plus d'une province est une valeur ajoutée car cela offre de meilleures opportunités de financement public et privé. Une candidature commune permettra également de mettre à contribution l'expérience, les capacités, le savoir-faire, les infrastructures et les équipements sur les deux territoires.

Les communautés du Sud-Est du Nouveau-Brunswick et de l'Île-du-Prince-Édouard seraient certes très heureuses d'être sélectionnée comme région hôtesse du CMA 2019. Un événement de cette ampleur permettrait à toutes les communautés de bénéficier d'un développement exceptionnel, à la fois sur le plan économique, culturel et social, grâce à la programmation de centaines d'événements et d'activités et aux nombreuses réunions de familles.

Les retombées économiques et touristiques du Congrès mondial acadien auront un impact pour plusieurs années, en amont et en aval de 2019. Le comité estime que la participation aux activités du CMA 2019 va atteindre 300 000 personnes, avec près de 50 000 touristes. Le CMA aurait des retombées de 50 millions $ dans la région hôtesse.

-30-

Information/entrevues :
Marc Chouinard (506) 866-2100 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Gabriel Arsenault (902) 436-4881 / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.