COMMUNIQUÉ : La SSTA déplore les relations actuelles entre la CSLF et le gouvernement provincial et appelle au rétablissement d’une communication saine.

SUMMERSIDE (Î.-P.-É.) – le lundi 10 décembre 2018 – La SSTA ne cherche pas à s’impliquer ou commenter les dossiers relevant des autres organismes de la CAF, sans y avoir été invité. Depuis plusieurs semaines, la francophonie insulaire s’est retrouvée au cœur de l’actualité à plusieurs reprises, en grande partie à cause des échanges entre le gouvernement provincial et la CSLF, par médias interposés, qui n’ont pas toujours été productifs. Nous déplorons cette situation actuelle ainsi que l’état des relations entre ces deux partenaires fondamentaux pour la communauté acadienne et francophone (CAF) de l’Î.P.É.
 
En tant qu’organisme porte-parole de la CAF et dans un esprit rassembleur, la SSTA souhaite cette fois-ci intervenir pour rappeler à tous, les priorités et les enjeux de notre communauté. La SSTA a la responsabilité de travailler avec tous ses partenaires communautaires et gouvernementaux, pour faire le lien entre les élus et les fonctionnaires, avec les employés et membres de la communauté. Il est de notre responsabilité, à la fois de bien représenter les intérêts de la communauté, mais également de préserver des relations saines avec les différents services et ministères des gouvernements du provincial et du fédéral. Il est de la responsabilité de la SSTA de veiller à ce que les intérêts de la CAF ne soient pas négligés. C’est à cet effet que nous sortons aujourd’hui de notre droit de réserve, pour demander, à la fois au gouvernement provincial et à la CSLF de rétablir une réelle relation de travail, basée sur une communication constructive et positive.
 
Le but ultime est d’obtenir des infrastructures sécuritaires et de qualité qui sont adaptées aux besoins des étudiants insulaires. Avec l’état actuel des relations entre la CSLF et le gouvernement provincial, c’est finalement les étudiants et tout le secteur de l’éducation en français de l’Île qui souffrent. Cette situation met aussi en péril tous les efforts déployés par de nombreuses familles et intervenants communautaires depuis plusieurs années pour assurer la vitalité de la CAF.
 
La CSLF est un intervenant incontournable qui ne peut simplement être ignoré : plus gros employeur de la CAF, c’est aussi un des leaders de la communauté grâce à l’expertise de son équipe et de ses commissaires en matière d’éducation en français, en situation minoritaire.
Le gouvernement provincial a également un rôle primordial auprès de la CAF, et les efforts de ce gouvernement ont été nombreux pour soutenir la communauté, à l’image de services récemment désignés en français et des actions positives menées autour des ressources humaines bilingues, que l’on peut voir dans le dernier rapport annuel.
 
N’oublions pas tout cela, n’oublions pas le grand portrait et les réels enjeux de la communauté. Le gouvernement provincial et la CSLF ont donc le devoir de coopérer en travaillant ensemble pour répondre aux besoins des étudiants et de la CAF.
 
Dans un effort de conciliation, la SSTA s’engage à prendre des mesures actives pour aider au rétablissement de ponts et permettre une communication plus constructive entre la CSLF et le gouvernement provincial. Il sera donc important de déterminer les prochaines étapes pour rétablir des relations de travail positives entre ces deux institutions.
 
- 30 -


La Société Saint-Thomas-d’Aquin est l’organisme porte-parole officiel des Acadiens, Acadiennes et francophones de l’Île-du-Prince-Édouard. Son mandat est de travailler pour que tout Acadien, toute Acadienne et francophone puisse vivre et s’épanouir individuellement et collectivement en français à l’Île-du-Prince-Édouard.
 

Pour plus de renseignements :
Johanna Venturini
Tél : 902-888-1679
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.