La SSTA est désapointée du manque d'engagement des candidats pour les Acadiens, Acadiennes et francopohones


Qu'un seul candidat aux élections fédérales a répondu au questionnaire et est venu rencontrer la SSTA.

SUMMERSIDE, Î.-P.-É. - Le 21 avril 2011 – La Société Saint-Thomas-d'Aquin (SSTA) a envoyé la semaine dernière un questionnaire à tous les candidats des quatre circonscriptions aux élections fédérales pour connaître leurs priorités et leur engagement envers les Acadiens, Acadiennes et francophones de l'Île-du-Prince-Édouard. Qu'un seul candidat a pris le temps de répondre au questionnaire et est venu rencontrer la SSTA. Ce candidat est le francophone, Guy Gallant, de la circonscription d'Egmont.

La présidente de la SSTA, Maria Bernard, se dit désappointée par le manque d'importance accordée à la population acadienne et francophone de l'Île-du-Prince-Édouard : « Je suis très désappointée du manque d'importance que portent les candidats aux enjeux des Acadiens et francophones de l'Île-du-Prince-Édouard à l'exception du seul candidat francophone. » Elle poursuit en se demandant : « Est-ce parce que nos enjeux ne sont pas importants à leurs yeux, ou aurait-il fallu envoyer notre lettre et questionnaire en anglais pour pouvoir se faire comprendre? »

La SSTA a espoir que les autres candidats prendront le temps de faire connaître leurs priorités face enjeux d'importances pour la communauté acadienne et francophone avant la fin de la campagne électorale. En attendant, les Acadiens, Acadiennes et francophones attendent toujours.

-30-

*Les réponses au questionnaire de la SSTA du candidat libéral, Guy Gallant, suivent ce communiqué.

Pour plus d'informations :
Maria Bernard, Présidente par Intérim, SSTA
Téléphone : 724 - 5123
Courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La Société Saint-Thomas-d'Aquin est le porte-parole officiel des Acadiens, Acadiennes et francophones de l'Île-du-Prince-Édouard. Son mandat est de travailler pour que tout Acadien, toute Acadienne et francophone puissent vivre et s'épanouir individuellement et collectivement en français à l'Île-du-Prince-Édouard.